Site de la CC de Treffort en Revermont :: Brochures :: Contact :: Infos pratiques
Menu Retrouvez-nous sur Facebook

Châteaux et ruines

Vous êtes ici : AccueilDécouvrir & ExplorerHistoire et ArchéologieChâteaux et ruines › Château d'Oliferne
Précédent Suivant
château d'olifernechâteau d'olifernechâteau d'olifernechâteau d'olifernechâteau d'olifernechâteau d'olifernechâteau d'olifernechâteau d'olifernechâteau d'oliferne

Château d'Oliferne

Accessible depuis le hameau de Boutavent (sur la Commune de Vescles), le château d'Oliferne, construit au 13ème siècle, à 807 m. d'altitude, au sommet du "pic d'Oliferne", constitue un belvédère incomparable.

Il domine les vallées de la Bienne et de l’Ain mais aussi le Lyonnais, la Savoie, le Bugey, la Suisse, la Bresse, la Bourgogne. Les colonies romaines établirent ici une tour d'observation afin de contrôler la navigation sur la Bienne et l'Ain.

Le château construit au 13e siècle, à 807 m d’altitude, constitue un belvédère incomparable. C’était une construction en « éperon barré » occupant tout le sommet du pic rocheux. Considéré comme imprenable, il fut cependant conquis en 1361 par Thibaud de Chauffour, chef des routiers, qui rançonna Tristan de Chalon pour 1000 florins.

Le château fut en partie détruit en 1455, puis réparé et occupé par une garnison comtoise. En 1592, les troupes du Roi de France Henri IV envahirent la Franche-Comt, détruisirent de nombreux châteaux dont celui d’Oliferne. La seigneurerie d’Oliferne passa par héritage en 1607 la famille de l’Aubépin qui possède toujours ce site.

De lugubres histoires se rattachent ce château : on raconte qu’il fut habité par un cruel seigneur qui était toujours en guerre avec ses voisins, dont il s’était fait d’implacables ennemis. Vainement, ils avaient tenté de s’emparer du château, mais leurs efforts venaient se briser au pied de cette forteresse. A la fin cependant, un des plus acharnés parvient à corrompre avec de l’or un des gardiens du pont levis et s’emparer du château. Le seigneur put s’échapper, mais ses trois filles furent enfermées vivantes dans un tonneau garni de pointes de fer et précipitées du haut de la falaise. Elle roulèrent dans cette horrible prison jusqu’au fond de la valle et se perdirent dans la rivière d’Ain. Pour perpétuer le souvenir de ces événements, le peuple appela « Les Trois Damettes » les trois collines d’inégale hauteur qui se trouve sur la rive gauche de l’Ain.

Un sentier jalonné de panneaux explicatifs vous permet de découvrir murs d'enceinte, logis du château, citerne, points de vue et légendes envoûtantes.

39240 Coisia

Téléphone : 03 84 25 27 47

Ouverture

Toute l'année : ouvert tous les jours.

Tarifs

Gratuit