Site de la CC de Treffort en Revermont :: Brochures :: Contact :: Infos pratiques
Menu Retrouvez-nous sur Facebook

Le calendrier gaulois de Coligny, la référence Celte

Vous êtes ici : AccueilDécouvrir & ExplorerHistoire et Archéologie › Le calendrier gaulois de Coligny, la référence Celte
Le calendrier gaulois de Coligny, la référence Celte

Le calendrier de Coligny :  l’un des plus beau calendrier trouvé à ce jour et rédigé en gaulois. Il a été découvert au lieu-dit Verpoix, sur la commune de Coligny (dans l’Ain) en 1897, aux côtés des fragments d’une statue en bronze du dieu Mars. Il s’agit du plus long texte” rédigé en gaulois connu à ce jour ! Ces ” fragments “ont a été gravés sur une plaque de bronze dont les dimensions originelles étaient 1,50 m sur 0,90 m….149 éléments sont connus, parmi lesquels, pas moins de 120 portent des traces d’inscriptions.

Le texte est organisé en 16 colonnes et devait compter à l’origine 2200 lignes. Seulement 50 % de ce document a été découvert. De nombreux doutes subsistent quant au sens de certains termes et au fonctionnement et utilisation globale du calendrier.
l’époque encore plus reculée de l’âge de la Pierre, des sites mégalithiques furent délibérément orientés vers des positions particulières et remarquables du Soleil ou de la Lune. “L’horloge” la plus précise et sans dérive qui rythme encore nos vies reste la position du Soleil. (…) Outre les travaux agricoles, les célébrations, cérémonies et fêtes religieuses devaient être exécutées à des dates particulières. La création d’un calendrier participait à la maîtrise du temps par les hommes, à l’organisation temporelle d’une société humaine. …

calendrier-coligny

Résumé  :  ” Nombreux sont les textes antiques qui attestent de l’utilisation des étoiles comme repère temporel. Sans calendrier et/ou horloge disponible et/ou en usage, le ciel était utilisé par les anciens peuples comme un repère temporel périodique précis et synchrone avec la nature, sans dérive évidente à l’échelle séculaire. Le lever héliaque des étoiles de première grandeur était fréquemment utilisé. À l’époque encore plus reculée de l’âge de la Pierre, des sites mégalithiques furent délibérément orientés vers des positions particulières et remarquables du Soleil ou de la Lune. “L’horloge” la plus précise et sans dérive qui rythme encore nos vies reste la position du Soleil. L’outil de mesure le plus précis est actuellement l’horloge atomique Pharao. Outre les travaux agricoles, les célébrations, cérémonies et fêtes religieuses devaient être exécutées à des dates particulières. La création d’un calendrier participait à la maîtrise du temps par les hommes, à l’organisation temporelle d’une société humaine.

statue-en-bronze-et-calendrier-gaulois-trouvc3a9s-c3a0-coligny-dans-lain-en-1897
Statue-en-bronze-et-calendrier-gaulois-trouvés-à-Coligny-dans-lAin-en-1897

Lié depuis toujours à l’observation astronomique, il n’est pas étonnant que les premiers calendriers soient basés sur des périodes astrales évidentes ou couplées (solaire, lunaire, luni-solaire, stellaire, planétaire…). Si les calendriers de nombreuses civilisations sont bien connus et abondamment documentés, celui des Gaulois et donc des Celtes apparaît plus discrètement. Ce web-article a pour but de réaliser une synthèse pédagogique des travaux archéologiques de rétroingénierie sur le sujet, de proposer plusieurs restitutions complètes hypothétiques des siècles gaulois afin de bien les appréhender temporellement et concrètement, en particulier sur les notations périodiques. Et enfin, de chiffrer et comparer la précision et la dérive des milliards de combinaisons possibles par rapport à celle choisie, démontrant ainsi le but recherché par les responsables du temps. L’histoire du calendrier gaulois est sans doute l’histoire de l’observation de la Lune, son utilisation avec la mise au point d’un comput qui la suit au mieux dans le temps, tout en suivant aussi le Soleil par la suite, mais en restant dans le temps lunaire. “