Site de la CC de Treffort en Revermont :: Brochures :: Contact :: Infos pratiques
Menu Retrouvez-nous sur Facebook

Histoire de la vigne

Vous êtes ici : AccueilDécouvrir & ExplorerPays du Revermont › Histoire de la vigne
Histoire de la vigne

La première Guerre mondiale porte le coup final à cette activité en opérant de fortes ponctions sur la main-d’œuvre locale, la rendant ainsi moins rentable, plus pénible : Les paysans délaissent alors de plus en plus fréquemment une viticulture exigeant une grosse charge de travail, tendance accentuée par l’exode rural du second XXe siècle.

De plus en plus absente dans le paysage la vigne a bien laissé ici des traces matérielles dans le paysage, aujourd’hui mises en valeur malgré le fort recul des surfaces cultivées, que ce soit par les collectivités locales (communes, associations vigneronnes) ou dans l’habitat individuel (façade et décoration des maisons).
vigne-stmartin  Vigneetpaysage

Développée depuis le XVème siècle, la vigne occupait la plupart des pentes. Tout en s’intégrant à la culture et à l’élevage, elle était devenue l’activité principale. Les vins blancs de Roissiat étaient renommés. Et certains crus comme celui « de la comète » en 1811 furent particulièrement appréciés. L’arrivée des vins du midi par le train et le phylloxéra ( apparu pour la première fois en 1876 à Courmangoux) ont détruit le vignoble à la fin du XIXème siècle. Seules subsistent quelques vignes donnant un excellent vin « à goût de Jura ».

De cette époque reste une architecture de vieilles maisons de vignerons en pierre disposant d’une cave fraîche sous l’habitation (les Cavets). Un escalier permet d’accéder à une pièce autrefois unique qui servait à la fois de chambre et de cuisine. Un second bâtiment est souvent accolé : grange ou étable surmonté de son fenil. Viticulture et élevage étaient souvent associés.

vigne-eau  vigne-grappejeune

Le Revermont se situe au pied du premier plateau jurassien, à l’Est de la plaine de la Bresse. Le vignoble se localise sur des pentes assez accidentées dont l’altitude varie généralement de 200 à 400 mètres.

Cette roche, perméable et soluble, est très favorable à la vigne et en particulier aux cépages jurassiens. Par ailleurs, les coteaux adossés au plateau calcaire ont des sols assez complexes où se mêlent différentes marnes (bleues, grises, rouges, noires du lias moyen et supérieur), des argiles du trias et des éboulis calcaires.

Dans le Revermont, coté “Ain” quelques amoureux cultivent encore la vigne. (Courmangoux, Cuisiat…)
Au sud du Revermont, coté “Bugey” cette fois, la vigne reprend sa place (St Martin du Mont, Journans…)… autour du fameux Cerdon.

vigne-raisin  vigne-grappenoire