Bourg-en-Bresse Destinations - Office de tourisme :: Brochures :: Contact :: Infos pratiques
Menu Retrouvez-nous sur Facebook

Les fermes bressanes « savoyardes »

Vous êtes ici : AccueilDécouvrir & ExplorerPays de BresseFermes bressanes et cheminées sarrasines › Les fermes bressanes « savoyardes »
Les fermes bressanes « savoyardes »

Les fameuses cheminées sarrasines (pour étrangère) à mitre qui coiffent certaines fermes sont encore l’objet de bien des mystères. Dans tous les cas, elles marquent un territoire unique. Cette cheminée à large foyer, nous rappelle aussi l’habitat gaulois qui ponctuait la Bresse.

ferme-gaulois

Depuis le 16e siècle, la Bresse cultive le maïs, plante qui a transformé ce pays et qui a apporté la richesse mais aussi le fameux surnom des bressans « Ventres jaunes ».

Présentation

Ce type d’habitat rural se caractérise par la longueur du corps de ferme alliant l’utilisation de la brique et du bois. Les plus anciennes utilisaient également le torchis comme matériau de construction.

Entre l’agraire et le domestique, la ferme révèle l’organisation de la vie sociale dans les campagnes aux XVIIIe et XIXe siècles. Selon une organisation ancienne et quasi-systématique, la vie des fermiers s’opère autour de trois types de bâtiments : la « maison », espace domestique ; les granges et remises, lieux de production pour les récoltes et le « train de ferme » ; les étables pour le bétail. A l’écart, un petit bâtiment rassemble le four, les soues pour les porcs et le poulailler, volontairement tenus éloignés de l’habitat des hommes pour prévenir tout risque d’incendie.

Ferme-BressaneBQ

Caractéristiques

L’architecture rurale bressane est intimement liée à son territoire. Elle utilise les ressources du sol et produit un habitat né de la terre et du bois. Les bâtiments, dont les formes viennent du Moyen Age, se reproduisent au cours de siècles suivants sans évolution marquante.

L’utilisation du bois et de la terre comme matériaux principaux a entraîné l’adoption d’une technique de construction aujourd’hui considérée comme typique de la Bresse : le pan de bois avec remplissage en torchis. La pierre sert à monter les soubassements des bâtiments en pisé, où la terre est utilisée seule, sans recours au bois. Cette technique se trouve majoritairement en Bresse dans les constructions des XIXe et XXe siècles.

Les constructions sont généralement basses et allongées, afin de réduire la prise aux intempéries. La longue façade principale s’ouvre à l’Est, au soleil levant, et répond aux contraintes climatiques et d’usage, tandis que les pignons étroits au Nord et au Sud n’offrent qu’une prise réduite au vent de pluie ou à la bise.

Les couvertures – toitures et cheminées – sont l’une des caractéristiques principales de fermes bressanes : les toits sont à quatre pans, en pente douce et à tuiles canal ou romaines, à la différence des toits de Bresse bourguignonne dont les toits sont plus pentus et couverts de tuiles plates.

Bresse savoyarde (Ain) : tuiles canal ou romaine
Bresse bourguignonne : tuiles plates, toits pentus
ferme    ferme-Granval2

ferme-bresse-bourguignonne-1

Sur ces toitures s’élèvent des cheminées sarrasines. Anciennement baptisées « à la mode de Bresse » ou « cheminées chauffant au large » dans les textes d’archives, les cheminées des fermes de Bresse sont qualifiées de « sarrasines » par des érudits à la fin du XVIIIe siècle, intrigués par la silhouette jugée exotique de leur souche. Ces cheminées marquent à la fois l’aisance du propriétaire et la ferveur religieuse des familles. On ne les retrouve que dans les fermes associant un mode de chauffage archaïque, « le foyer chauffant au large », à une souche de cheminée ouvragée, appelée « mitre ». L’aire du foyer s’étale sur une surface de 12 à 16 m2 dans la « maison-chauffure ». La hotte pyramidale, édifiée en pans de bois et torchis, se termine sur le toit par la mitre en briques avec sur plusieurs niveaux des ouvertures variées et surmontée d’une croix latine.

ferme-demontage