Bourg-en-Bresse Destinations - Office de tourisme :: Brochures :: Contact :: Infos pratiques
Menu Retrouvez-nous sur Facebook

L’écrevisse de Californie

Vous êtes ici : AccueilDécouvrir & ExplorerNature et paysageFaune et flore du Revermont › L’écrevisse de Californie
L’écrevisse de Californie

La rivière d’Ain hébergeait autrefois plusieurs espèces d’écrevisses autochtones, dites à pieds blancs ou à pieds rouges. Les maladies et les pollutions ont petit à petit décimé les populations. L’introduction en Europe, au début du XX e siècle, de l’écrevisse américaine, une espèce invasive, leur a porté le coup de grâce. Plus grosses, plus agressives, plus fertiles, elles occupent la même niche écologique que les écrevisses autochtones dont elles ont pris la place.

Dans la rivière d’Ain, les seules populations présentes sont désormais composées de deux espèces : l’américaine et la signal, appelée également écrevisse de Californie (pacifastacus leniusculus).

Originaire des cours d’eau et des pièces d’eaux stagnantes de l’Ouest de l’Amérique du Nord, l’écrevisse californienne est l’espèce la plus pêchée dans l’Ain. Dotée de pinces extrêmement puissantes, cette géante peut atteindre une quinzaine de centimètres. De la mi-octobre à la mi-mai, elle hiberne dans un trou creusé dans les graviers ou sous les pierres. Dès que les eaux se réchauffent, elle redevient active et poursuit son entreprise de colonisation. Selon Fabien Millet, guide de pêche, qui organise des sorties « pêche à l’écrevisse », la meilleure période se situe de mi-juin à fin septembre. Cette pêche qui plaît aux grands comme aux petits est d’autant plus agréable que l’on peut pratiquer sans scrupule. En effet, l’écrevisse californienne, que l’on nomme souvent le homard d’eau douce, colonise chaque année de deux à quatre kilomètres de rivière. Bien présente sur presque tout l’ensemble de la rivière d’Ain, elle a fait son apparition sur certains de ses affluents, la Valouse en particulier.

Actuellement, la législation interdit le transport de l’écrevisse vivante pour éviter toute réintroduction dans des plans d’eau ou rivières. La gastronomie du Haut-Bugey riche de nombreuses recettes traditionnelles, permet d’apprécier pleinement ce crustacé.

Comment pêcher l’écrevisse américaine ?

Le principe est en fait assez simple il demande peu de matériel , un faible investissement et des appâts commun faciles à ce procurer.

Ces écrevisses ont un régime alimentaires relativement simple, elles consomment des invertébrés, des végétaux et quelques poissons, en fait ce sont les éboueurs de nos rivières elles élimminent les déchets.

Il vous faut des balances à écrevisses , de la ficelle ou cordelette , un bout de collant ou de filet à légume fin, un bâton avec un embout en fourche (ce trouve facilement en bordure de rivière), du poisson mort.

Comme préparatif il faudra placer une ficelle sur l’attache de votre balance pour pouvoir la remonter sans la perdre une fois dans l’eau. Ensuite on place dans un morceau d’un vieux collant de madame un morceaux de poisson mort. Des vairons péchés avec les enfants puis congelés en l’attente d’une sortie écrevisse, ou à défaut si vous n’avez pas de poisson sous la main allez chez le poissonnier prendre une ou deux sardines fraiches !

 

Renseignements : www.federation-peche-ain.com